Margot la ravaudeuse

Margot la ravaudeuse
social-drm Une satire du roman libertinMargot Tranchemontage vend de la joie, son corps...
Margot la ravaudeuse
Culissime, Paul Seudon, Fougeret de Monbron
social-drm

Une satire du roman libertinMargot Tranchemontage vend de la joie, son corps délicieux est un instrument virtuose du plaisir. Comme elle a fait ses humanités son récit est nourri des références de son époque.….malgré notre patience et notre courage mutuels, nous n’avions fait encore que de bien médiocres progrès, et je commençais à désespérer que nous pussions couronner l’oeuvre, lorsque Pierrot s’avisa de mouiller de sa salive la foudroyante machine. Ô nature ! nature, que tes secrets sont admirables ! Le réduit des voluptés s’entrouvrit ; il y pénétra : que dirai-je de plus ? Je fus bien et dûment déflorée. Depuis ce temps-là, je dormis beaucoup mieux. Mille songes flatteurs présidaient à mon repos. Monsieur et Madame Tranchemontagne avaient beau faire craquer le lit dans leurs joyeux ébats, je ne les entendais plus.Drôle, touchant et osé, le tout emballé sans temps mort dans une langue virtuose et d’une lisibilité absolueEXTRAITPour Margot Tranchemontagne, la vie débute mal, puisqu’elle naît dans une famille des bas-fonds parisiens. En âge de travailler, c’est-à-dire très jeune, elle répare vêtements et chaussures avant d’être prise en charge par une maquerelle qui la pousse sur le trottoir. Les épisodes charnels se succèdent, ce qui nous vaut une galerie de clients plus croquignolets les uns que les autres. Fougeret de Montbron charge ses cibles et les caricatures sont féroces et du plus haut comique. Mais contrairement à d’autres récits libertins de l’époque, notamment de Crébillon fils, on y parle d’argent, beaucoup d’argent, car le plaisir sexuel ici est monnayable. Les travailleurs du sexe ont aussi un estomac et besoin d’un toit pour se loger, de vêtements pour s’habiller. A PROPOS DE L'AUTEURLouis-Charles Fougeret de Monbron (aussi orthographié Montbron), né le 19 décembre 1706 à Péronne et mort le 16 septembre 1760 à Paris, est un homme de lettres français. « L’univers est une espèce de livre dont on n’a lu que la première page quand on n’a vu que son pays ». Il est l’auteur de Le Cosmopolite ou le Citoyen du Monde (1750), La Henriade travestie, sans doute l'ouvrage burlesque le plus diffusé du siècle des Lumières, où il s’est livré à une parodie presque vers par vers de l’original Le Préservatif contre l'anglomanie (1757) et La Capitale des Gaules ou la Nouvelle Babylone (1759), visant respectivement l’Angleterre et Paris. Il a traduit Fanny Hill de John Cleland, sous le titre de La Fille de Joie (1751). On lui doit des récits libertins comme Le Canapé ou Canapé couleur de feu (1741), une réponse au Sopha de Crébillon, qui circulait alors en manuscrit, ou Margot la ravaudeuse (habituellement datée de 1750, mais plus vraisemblablement parue en 1753 après une première tentative d'édition avortée en 1748), ouvrage auquel son nom demeure attaché.

3,99 €

Versandkostenfreie Lieferung! (eBook-Download)

Als Sofort-Download verfügbar

Format:

Produktinformationen

Artikelnummer:
SW9791023402506450914
Autor:
Culissime, Paul Seudon, Fougeret de Monbron
Wasserzeichen:
ja
Verlag:
Ska Éditions
Seitenzahl:
93
Veröffentlichung:
30.10.2015
ISBN:
9791023402506
Zuletzt angesehen